crop-pereMinierLes Mages

Nous sommes quelque part au Moyen-Âge. Le père Nicolas Minieri, un savant théologien qui appartient à l’Abbaye de Cluny est envoyé au monastère du mont Thabor en Galilée pour y dispenser son savoir. Lors d’une de ses promenades dans la montagne, il découvre une pierre avec des inscriptions très effacées et le symbole d’une étoile à 12 branches. Intrigué, avec l’aide d’un assistant, il dégage la pierre et révèle une petite crypte. Il y a là un coffre en bois dans lequel se trouve un codex (livre manuscrit et relié datant du début de l’ére chrétienne). Le livre est écrit en Araméen et il entreprend de le transcrire en latin.

Le codex est l’oeuvre d’un des Rois Mages qui raconte leur odyssée à la rencontre de Jésus de Nazareth. En fait, les Rois Mages n’étaient pas trois mais douze, un groupe d’astrologues et de sages envoyé par leurs Rois et provenaient de Perse, d’Inde et d’Afrique. Ils étaient accompagnés chacun de leur suite ce qui représentait pas loin de huit cents personnes.

C’est bientôt Noël, le Père Minieri est en train de terminer la transcription du codex et aimerait faire la surprise d’une lecture de passages aux moines de l’abbaye.

Mais le Père Abbé du monastère lui fait comprendre que ce serait un désastre si ce document devenait public. Il le convainc de remettre les documents dans la crypte et attendre peut-être un autre mille ans pour que les hommes soient assez sages pour entendre cette parole.